Premier Triathlon de ma vie à L’Ile Barlet Vienne 38

Ca c’est fait, c’est coché sur la liste des choses à faire. J’ai fais un triathlon. J’ai découvert ce sport en allant voir mon frère réalisant d’exploits en perf au fil du temps. En voyant tous ces athlètes, notamment à Embrun ou à l’alpe d’huez, ce sport m’attiré de plus en plus et j’avais plus que du respect pour eux, j’étais admiratif. Mais gros point noir pour moi, c’était  la natation, et faire de telles distances, je pensais que c’était  impossible pour moi. Moi qui nageais 50m en lac en brasse et retour serviette les étés.

L’an dernier j’ai mis un pied dans le duathlon, puis cette année je prends mon courage à deux mains, m’inscris au club d’Echirolles, et tente d’aller au moins une fois (voir deux) par semaine à la piscine depuis Février, malgré mes horaires de travail et les travaux. J’avoue que je n’aime pas trop ca la piscine, au bout de 40min, je suis soulé de faire des aller retour, en enchainant les exos. Enfin l’essentiel sera de sortir de l’eau.

 

Vendredi 8 Juin :

Je suis indécis, vais-je à Vienne pour mon premier triathlon ? J’ai mal au mollet depuis le trail de la semaine dernière à l’Oisans. Je décide d’aller faire un footing avec quelques accélérations avant de prendre ma décision. Ca va pas mal, la contracture a l’air d’être passé juste a temps. Je m’inscris. Allez faut bien se lancer un jour. Puis le format avec 2km de natation dans le Rhône est parfait pour ce tester avant le LD de l’alpe d’Huez. Je récupère la combinaison, chez Endurance shop et vais la tester au lac de Pierre châtel. Ca fait bizarre de nager en combinaison pour la première fois. J’ai du mal à trouver le bon souffle, je suis un peu dérouté.

 

Samedi :

 Je repars faire un test au lac de Laffrey. Là ca va mieux je trouve des repères. Je nage 35minutes, et je préfère largement ca que la piscine. Allez demain ca devrait le faire.

 

Dimanche :

Je ne suis pas stressé, je prépare les dernières affaires, et oui en tri, y’en faut du baroufle. Après un copieux pti déj, je file direction Vienne. Musique cool, je suis serein, paisible. La veille, j’ai vu un jeune de mon âge environ en fauteuil roulant vers chez moi, et là je me suis dis que j’avais vraiment de la chance de pouvoir m’amuser a faire de la natation, du vélo, de la cap, donc j’ai relativisé, et la peur est presque partie.

 

J’arrive en terre Viennoise que je connais un peu. Je croise des Mach3 et prends le dossard 52. Je m’échauffe un peu en cap, puis 20min de vélo en allant sur les premiers kilomètres du parcours. Je rentre dans le parc et tous les Echirolles boys  sont a coté de moi. Mon Frangin viens me voir, me briffe un peu, me donne des conseils, et m’emmène au départ natation. Il profite de me faire voir la 1er bosse sélective du parcours vélo et me donne les conseils de braquets. Au départ Natation, je retrouve mon animateur Rivet anti Copé lol. Je m’échauffe dans le Rhône, au bassin practice. Comment dire, le Rhône un jour qui pleut en plus, bah c’est marron et marron, je ne vois même pas ma main renter dans l’eau. Mais les sensations sont pas mal avec la superbe combinaison d’Endurance Shop, la zoot zenith 2.0. Petit briefing de l’arbitre et  de l’orga et on rejoint la ligne de départ. Je me place bien à l’extreme gauche ou le courant est le plus fort. Le courant va niveler les niveaux, tant mieux pour moi qui suis une buse en nat. Et go ca part,pour 2km de nat, 38km de vélo avec 750m d+ et 9.4km à pied. Je laisse filer les premiers et je pars a mon rythme, ca nage bien (pour moi). En regardant un coup à droite, un coup à gauche pour respirer, je suis dans la meute. De temps à autre je sors la tête pour m’orienter, car on ne voit que dalle.  Je vois qu’il y a pas mal de monde derrière moi, je prends confiance, et continue ma route. Je zig zag un peu, au milieu et sors de la bouée coté droit, Oulla je repars choper le courant au centre du Rhône. Après d’innombrables coups de bras,  j’aperçois le Grand pont de Vienne.

Au milieu de la meute

 

Je le vois de très près meme, car j’ai faillis foncer dedans lol.  J’arrive  à la péniche, ou il faut débarquer. Le courant est très fort, je suis un peu extérieur et lutte pour retrouver la terre ferme. Ca y’est le plus dur pour moi est passé ouffff. Direction parc à Vélo, j’enlève la combi, non sans mal, mais les 250m permettent d’avoir le temps de l’enlever. Après m’être équipé, c’est partie pour la petite reine, mon élément. J’envois d’entré. Première bosse, je remonte des pelotons entier qui sont en mode moulinette avec des vélos digne du tour de France pour certains. Moi la plaque est en place, et j’envois du gros, allez mon Mayou. Je remonte un grand nombre de places en pas longtemps, je suis dans la course. Je ne relâche jamais l’effort, les jambes sont fraiches, ca tourne, ca tourne, nikel. Après la première bosse, c’est bien vallonné, j’adore ces profiles. La moindres buttes, je mes les jarrets en routes. Nombreux Mach3 triathlon me reconnaissent et m’encourage à fond. Je double Maud Martin et l’encourage, puis Cédric Tardy et Benjamin Brun, que je remercie au passage, car j’ai fais tombé mes lunettes ekoi, et il me les a ramassé, sympa. Je poursuis ma folle remonté. Seul Jérémy me double, le gros rouleur du CVAC Vienne (club de vélo de Vienne). Je ne suis pas surpris, je l’avais côtoyé en Espagne, et je peux dire que ca roulait sec. Je double Thibaud, on s’encourage. Après quelques descentes délicates et  bosses, j’entame la grande descente. Je perds du temps un moment car je n’ai plus personne en vue et je ne vois aucunes marques au sol. Puis merde, quand même je ne suis pas con a ce point là, je n’ai pas pu me planter, je relance. Je prends vraiment de la sécurité dans les dernières épingles, quitte à perdre du temps, ce n’est pas grave, retour tranquille à l’approche du parc à vélo, j’aurais pu pousser un peu plus, mais je ne sais jamais quand il faut couper pour avoir les jambes moins dures pour la cap !

 

Transition

arrivé vélo

GO CAP

Et c’est le finish, 9.4km à pied. Les jambes sont magiques aujourd’hui. Je n’ai pas mal, j’ai juste le souffle un peu élevé. Je croise Loic, vers le demi-tour. Je suis 2eme Echirolles boys. Je vois au croisement Thibaud qui a une superbe foulée, je me dis que ma 2eme place d’Echirolles boys, n’est pas jouable lol ! Je poursuis ma route, la vitesse est correcte jusqu’au km 5. Thibaud m’a doublé, on s’est encouragé mutuellement. Arrivé à l’ile Barlet, c’est des singles roulant, en relance. D’habitude j’adore ce terrain, mais là, chaussé en zoot à la semelle quasiment lisse, c’est du holidays one ice.  Candeloro n’a qu’a bien ce tenir. Je frôle les glissades, et je perds une place.

Une fois sur le retour ca va mieux, mais je suis bridé. La blessure du mois de Mai, et le manque de course à pied se fait sentir, surtout au niveau vitesse. Je sens que je pourrais courir encore longtemps comme ca, je n’ai mal nulle part, mais ca ne veut pas accélérer. Je garde ce rythme de croisière, je perds une place, mais en gagne 2 également.  Je vois le panneau 9 km, je me tire sur la gueule, et je reprends une place avant le finish, le mec est cuit, et ne répond pas à la guerre.

 

 

Cap a fond 38'pour 9.4km

 

Je finis ce triathlon sous les applaudissements du public bien chaleureux de Vienne.

Mon Frère vient me voir et me félicite. Il me dit que je suis dans les 30 ou 40. J’hallucine. On m’aurait dit ca la veille, j’aurais signé direct un double kebab. J’aperçois Jeremy, pour qui c’était également son premier triathlon. On se félicite. On la fait et de belle manière en plus.

Voila, douche, chiotte et je range le matos. La pression redescend. Je me restaure avec les douceurs préparées par les bénévoles, quiches, gâteaux, pour un prix dérisoire de 0.50cents.

Quel accueil ! Je ne sais pas si tout les triathlons sont tous  pareil, mais là quelle organisation, c’est vraiment top, chapeau bas.

 

les résultats:

//triathlondebarlet.free.fr/Archives/2012/Resultats_Triathlon_2012.pdf

 

Maintenant encore 1mois et demi de prépa, entrecoupé du trail de l’Obiou et du tri nature Valbonnais, avant de tenter le 2eme défi de la saison, et quel défi, celui d’être finisher du triathlon LD de l’alpe d’Huez. Pour cela, je finis cette semaine, ma 1er phase de développement VMA, PMA, et de la natation. Ensuite ma deuxième phase sera de faire du seuil (allure course), en spécifique Alpes d’huez. Il y aura de la natation en lac, car je ne suis pas dupe, sans le courant du Rhône j’aurais bien galéré en natation. Des sorties longues en vélo, et des rando courses en montagne pour l’endurance. Des montés de Chamrousses suivi par du cap sur le plateau de l’arcelle  et lac Achard pour le spécifique Alpes d’huez.

 

Donc pas le temps à perdre, je file à l’entrainement, après ce fabuleux triathlon de l’ile Barlet, qui ne m’aura fait aucunes courbatures.

 

Didier ton parcours c’est de la rigolade.



11/06/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres